en

Québec
Mandat actif
Premier ministre
Coalition avenir Québec
1 028 jours de mandat
42e législature du Québec
03 déc. 2018 - en cours

L’élection générale québécoise de 2018 a eu lieu le 1er octobre 2018 et a permis d’élire les députés de l’Assemblée nationale du Québec. L’élection s’est soldée par une victoire décisive de la Coalition avenir Québec (CAQ), dirigée par François Legault. La CAQ a remporté 74 des 125 sièges de l’Assemblée nationale, ce qui lui a permis de former un gouvernement majoritaire en évinçant du pouvoir le Parti libéral du Québec.

L’élection québécoise de 2018 était la première élection remportée par la CAQ. C’était également la première élection depuis 1966 remportée par un parti autre que les libéraux ou le Parti québécois. Legault est le premier dirigeant de centre-droit nationaliste depuis la défaite de l’Union nationale en 1970.

En partenariat avec

Histoire de la promesse

1.11.12 - « [La CAQ promet qu’] une aide supplémentaire sera offerte aux producteurs agricoles et aux transformateurs alimentaires afin d’adapter leur capacité de production aux besoins des organismes publics. »

Publié : déc. 2018
Réalisée
25-mars-2021

« Le gouvernement prévoit 1,0 million de dollars par année à compter de 2021-2022 afin de valoriser la mission de la Commission [de protection du territoire agricole du Québec], notamment pour : — réduire ses délais de traitement de manière à pouvoir rendre ses décisions plus rapidement; — améliorer la qualité de l’information offerte aux clientèles dans la préparation de leurs dossiers soumis à la Commission; — perfectionner ses connaissances socio-économiques sur l’industrie afin d’arrimer davantage chaque décision aux réalités du milieu. »

Réalisée
25-févr.-2021

« Le MAPAQ​​​ souhaite accélérer la réalisation de projets d’investissement ayant des retombées positives pour l’autonomie alimentaire du Québec. Un des moyens pour y arriver vise la réalisation de projets d’investissement effectués en robotisation et en automatisation de procédés des entreprises de transformation alimentaire, de façon à ce que les produits agricoles du Québec soient davantage transformés chez nous. De plus, l’adoption de technologies et l’acquisition d’équipement et de matériel visant à accroître la productivité de la main-d’œuvre agricole et la productivité au champ sont aussi des initiatives encouragées. »

Réalisée
01-juin-2020
Justification

Cette promesse est en suspens puisque les politiques actuelles datent du gouvernement précédent. Pour que le verdict de cette promesse change, il faut que le gouvernement introduise de nouvelles politiques ou du nouveau financement.

« Le Québec n’a ni la masse critique ni l’industrie militaire d’autres pays comme la France ou les États-Unis qui permettent aux gouvernements de soutenir indirectement des secteurs en finançant, par exemple, la recherche et le développement d’applications stratégiques ou étatiques. Il faut être capable de trouver d’autres leviers qui vont permettre à nos producteurs locaux de produits et services de trouver un chemin pour leur recherche et leur développement, et leur production. C’est dans cette optique que le Conseil canadien des innovateurs (CCI), qui comprend une vingtaine d’entreprises québécoises, propose un « Nuage bleu », reprenant la formule du Panier bleu dans le domaine des technologies. Ce guichet unique permettrait au gouvernement et aux municipalités de mieux connaître les entreprises dans ce domaine, et les innovations qu’elles proposent. Il faudrait développer l’instinct de voir ce qu’il y a dans notre cour, non pas en excluant l’international, mais en privilégiant le national, dit Pierre-Philippe Lortie, directeur, gouvernement et affaires publiques, au CCI-Québec. Les pays scandinaves, Israël, entre autres, le font sans contrecarrer l’Organisation mondiale du commerce. »

Réalisée
10-mars-2020
Justification

Cette promesse est en suspens puisque les politiques actuelles datent du gouvernement précédent. Pour que le verdict de cette promesse change, il faut que le gouvernement introduise de nouvelles politiques ou du nouveau financement.

« Le secteur agricole doit donc accélérer la mise en œuvre d’actions concrètes permettant d’assurer une agriculture viable, tant sur le plan écologique que sur le plan économique. C’est dans ce contexte que le gouvernement mettra en œuvre son Plan d’agriculture durable, dont les détails seront annoncés ultérieurement par le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. À cet égard, le gouvernement prévoit, dans le cadre du budget 2020-2021, 125,0 millions de dollars sur cinq ans pour la mise en œuvre du Plan d’agriculture durable. — Ces sommes serviront à soutenir de bonnes pratiques agricoles et à bonifier l’approche d’accompagnement des agriculteurs. » - p. C.89

« Afin d’encourager la modernisation des équipements et la substitution de sources d’énergie fossile par de l’électricité propre dans le secteur agroalimentaire, le gouvernement fera en sorte de mieux desservir certaines régions rurales par l’extension du réseau triphasé. Ainsi, le gouvernement prévoit, dans le cadre du budget 2020-2021, 15,2 millions de dollars sur quatre ans pour assurer le financement de projets d’extension du réseau triphasé. » -p. C.90

Réalisée
31-janv.-2020
Justification

Cette promesse est en suspens puisque les politiques actuelles datent du gouvernement précédent. Pour que le verdict de cette promesse change, il faut que le gouvernement introduise de nouvelles politiques ou du nouveau financement.

« ette édition du Profil sectoriel illustre l’évolution de l’industrie bioalimentaire au Québec de 2015 à 2018 et s’appuie sur une variété de sources de données. Elle rassemble les principaux indicateurs économiques de cette industrie et contient des statistiques détaillées sur la production agricole, la pêche, l’aquaculture, la transformation, la distribution, la restauration, la consommation et le commerce international. Elle couvre les productions animales et végétales et comprend des comparaisons entre le Québec, le Canada et les États-Unis. »

Réalisée
29-janv.-2020
Justification

Cette promesse est en suspens puisque les politiques actuelles datent du gouvernement précédent. Pour que le verdict de cette promesse change, il faut que le gouvernement introduise de nouvelles politiques ou du nouveau financement.

« Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. André Lamontagne, rend public le Plan d’action 2018-2023 pour la réussite de la Politique bioalimentaire. Ce document marque une étape charnière dans la mise en œuvre de la Politique bioalimentaire 2018-2025 – Alimenter notre monde. Le Plan d’action présente une synthèse des mesures et des actions prévues par les partenaires bioalimentaires et gouvernementaux en vue d’atteindre les cibles fixées pour 2025. Ces mesures et actions ont reçu l’adhésion des partenaires lors de la première rencontre annuelle des partenaires, le 31 mai dernier. »

Réalisée
19-déc.-2019
Justification

Cette promesse est en suspens puisque les politiques actuelles datent du gouvernement précédent. Pour que le verdict de cette promesse change, il faut que le gouvernement introduise de nouvelles politiques ou du nouveau financement.

« Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. André Lamontagne, annonce la tenue d’un nouvel appel de projets dans le cadre de l’Initiative ministérielle « Productivité végétale » visant l’efficacité de la main-d’œuvre et des travaux agricoles. Les entreprises qui se consacrent à la production végétale ou à l’apiculture et qui souhaitent se prévaloir des avantages de l’Initiative ministérielle sont invitées à déposer leur demande entre le 8 janvier et le 27 février 2020. Une enveloppe budgétaire de 10 millions de dollars est disponible pour cet appel de projets, ce qui devrait permettre le financement d’environ 500 projets. Concrètement, cette enveloppe permettra d’encourager la compétitivité des entreprises, notamment en favorisant l’amélioration de la productivité de la main-d’œuvre. »

Réalisée
01-nov.-2019

« Mettre en œuvre des initiatives pour favoriser l’achat local - HRI - 10 M$ sur 5 ans : Dans ce contexte, le budget 2019-2020 prévoit 10 millions de dollars sur cinq ans pour favoriser l’accroissement des achats d’aliments québécois dans les institutions publiques. »

Réalisée
24-juil.-2019

« Que le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur soit autorisé à octroyer une aide financière maximale de 6 141 000 $ à l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec, pour ses années financières 2019-2020 à 20212022, sous forme de remboursement d’emprunts à laquelle s’ajouteront les intérêts, pour le financement de ses projets d’investissement, et ce, conditionnellement à la signature d’une convention d’aide financière substantiellement conforme au projet de convention joint à la recommandation ministérielle du présent décret. »

En suspens
Publié : 03-déc.-2018

Plateforme colligée

Publié : déc. 2018
Developed in partnership with