fr

Quebec
In office
Premier
Coalition Avenir Québec
1,401 days in office
42nd Legislature of Quebec
03 Dec 2018 - Present

The 2018 Quebec general election was held on October 1, 2018, to elect members to the National Assembly of Quebec. The election saw a landslide victory for the Coalition Avenir Québec (CAQ) led by François Legault. The CAQ won 74 of 125 seats in the National Assembly which resulted in the party forming a majority government and unseating the incumbent Quebec Liberal Party from power.

The 2018 Quebec general election marked the first time the CAQ would form government. It was also the first election since 1966 that had been won by a party other than the Liberals or Parti Québécois. Legault is the province’s first nationalist centre-right premier since the Union Nationale left office in 1970.

In partnership with

Promise History

1.12.02 - “The CAQ will ensure that all Quebecers […] benefit from complete services from a [medical] team within a reasonable delay [ in case of sickness].”

Published: Dec 2018
Broken
30-Mar-2022

« Le guichet d’accès à la première ligne (GAP), destiné aux patients orphelins, est au cœur de la réforme Dubé. L’initiative a déjà été mise en place au Bas-Saint-Laurent. Là-bas, les citoyens sans médecin de famille peuvent contacter le guichet afin d’être référés au bon professionnel de la santé. // « On s’est engagés dans l’équipe ministérielle à ce que plus de la moitié des Québécois qui sont des patients orphelins puissent passer par le GAP pour avoir accès à un professionnel de la santé d’ici la fin de l’été, a dit Christian Dubé. C’est énorme. » // Quelque 945 000 Québécois figurent sur la liste d’attente du guichet d’accès à un médecin de famille. Pour augmenter leur prise en charge, le ministre de la Santé mise sur l’interdisciplinarité au sein des groupes de médecine familiale (GMF). Il veut également s’attaquer à la rémunération des omnipraticiens et favoriser « une meilleure gestion des horaires des médecins » grâce à l’« accès à certaines données, balisées dans le projet de loi [11] », écrit-on dans le plan. »

Broken
11-Nov-2021
Justification

Presentation of the bill

« Ce projet de loi modifie la Loi favorisant l’accès aux services de médecine de famille et de médecine spécialisée afin d’y prévoir que les médecins omnipraticiens qui participent au régime d’assurance maladie du Québec sont tenus de n’ajouter à leur clientèle que des personnes inscrites au Guichet d’accès à un médecin de famille. Il prévoit également que ces médecins sont tenus de se rendre disponibles auprès des personnes assurées par l’entremise du système de prise de rendez-vous mis en place par la Régie de l’assurance maladie du Québec ou d’un système de prise de rendez-vous offert par un autre fournisseur. // Le projet de loi permet au ministre de la Santé et des Services sociaux de conclure des ententes avec des fournisseurs de systèmes de prise de rendez-vous afin de permettre la prise de rendez-vous auprès d’un même médecin au moyen de plus d’un tel système. Il prévoit que, dès qu’une première entente est conclue, le ministre veille à la gestion de la prise de rendez-vous et que tout médecin omnipraticien doit transmettre au ministre ses plages horaires de disponibilité. Il autorise le ministre à utiliser les renseignements recueillis dans le cadre de cette gestion lorsque cette utilisation est nécessaire à l’exercice de ses fonctions. // De plus, le projet de loi modifie la Loi sur l’assurance maladie afin d’autoriser la communication par la Régie de l’assurance maladie du Québec à un établissement de santé et de services sociaux et à un département régional de médecine générale de certains renseignements nécessaires à la planification des effectifs médicaux et à l’application de la Loi favorisant l’accès aux services de médecine de famille et de médecine spécialisée. Il prévoit aussi les conditions auxquelles la Régie peut communiquer au ministre des renseignements nécessaires à l’exercice des fonctions de ce dernier. »

Broken
25-Mar-2021

« Afin d’assurer aux usagers un accès aux services spécialisés à l’intérieur du délai correspondant à leur condition clinique, le gouvernement a mis en place un ensemble de stratégies et de mécanismes dans le réseau. Ainsi, l’accès priorisé aux services spécialisés a été implanté au Québec pour 26 services spécialisés, dont la cardiologie, l’hématologie, la gériatrie et la médecine interne. Afin d’augmenter le nombre de services spécialisés admissibles, le gouvernement prévoit, dans le cadre du budget 2021-2022, une somme de 63,5 millions de dollars d’ici 2025-2026. »

Broken
08-Oct-2020
Justification

Le gouvernement de la CAQ a mis en place des actions visant à améliorer l’attente pour des services médicaux. Toutefois, depuis le début de la pandémie de COVID-19, il y a eu une augmentation des délais et un recul de l’accès aux chirurgies et aux soins en hôpitaux, ce qui rallonge les délais d’attente. De plus, un retard a été observé dans le diagnostic et le traitement de divers cancers. La pandémie place le gouvernement devant des choix difficiles. L’allocation des ressources pour traiter les cas de COVID a des conséquences pour la capacité du système à répondre aux autres besoins dans les délais raisonnables. En regard de la situation actuelle, nous évaluons donc cette promesse comme étant rompue. Malgré le plan de redressement mis en place par le gouvernement, trois mois plus tard force est de constater que le problème perdure. Le verdict de cette promesse peut toujours changer d’ici la fin du mandat si la situation de l’accès aux soins de santé s’améliore.

« Dans son rapport déposé à l’Assemblée nationale jeudi, la vérificatrice générale, Guylaine Leclerc, déplore que le ministère de la Santé et des Services sociaux accorde des primes aux médecins sans savoir si cette mesure a l’effet escompté. […] À l’heure actuelle, 82 % des Québécois ont un médecin de famille — sous l’objectif de 85 % fixé dans le passé. Près de 600 000 personnes — dont 185 000 sont considérées comme vulnérables — sont inscrites à la liste d’attente, un chiffre en hausse de 41 % en près de trois ans. Le délai d’attente moyen augmente constamment, pour atteindre jusqu’à 477 jours. On parle d’un an en moyenne pour les personnes vulnérables, alors que selon les règles, l’attente doit être limitée à trois semaines dans leur cas. »

Broken
01-Oct-2020
Justification

Le gouvernement de la CAQ a mis en place des actions visant à améliorer l’attente pour des services médicaux. Toutefois, depuis le début de la pandémie de COVID-19, il y a eu une augmentation des délais et un recul de l’accès aux chirurgies et aux soins en hôpitaux, ce qui rallonge les délais d’attente. De plus, un retard a été observé dans le diagnostic et le traitement de divers cancers. La pandémie place le gouvernement devant des choix difficiles. L’allocation des ressources pour traiter les cas de COVID a des conséquences pour la capacité du système à répondre aux autres besoins dans les délais raisonnables. En regard de la situation actuelle, nous évaluons donc cette promesse comme étant rompue. Malgré le plan de redressement mis en place par le gouvernement, trois mois plus tard force est de constater que le problème perdure. Le verdict de cette promesse peut toujours changer d’ici la fin du mandat si la situation de l’accès aux soins de santé s’améliore.

« 1. Le taux d’inscription auprès d’un médecin de famille diffusé par le MSSS ne donne pas à la population une juste représentation de l’accès à un médecin.

  1. Le MSSS ne dispose pas de données significatives sur l’efficacité des mesures incitatives visant à améliorer l’accès aux médecins de famille, bien que les sommes y étant consacrées annuellement soient en constante progression et aient atteint près de 350 millions de dollars en 2018-2019.
  2. Le MSSS présente à la population des renseignements qui ne lui permettent pas de connaître la performance réelle quant à l’accès aux services psychosociaux, notamment pour les personnes vulnérables. »
Broken
21-Sep-2020
Justification

Le gouvernement de la CAQ a mis en place des actions visant à améliorer l’attente pour des services médicaux. Toutefois, depuis le début de la pandémie de COVID-19, il y a eu une augmentation des délais et un recul de l’accès aux chirurgies et aux soins en hôpitaux, ce qui rallonge les délais d’attente. De plus, un retard a été observé dans le diagnostic et le traitement de divers cancers. La pandémie place le gouvernement devant des choix difficiles. L’allocation des ressources pour traiter les cas de COVID a des conséquences pour la capacité du système à répondre aux autres besoins dans les délais raisonnables. En regard de la situation actuelle, nous évaluons donc cette promesse comme étant rompue. Malgré le plan de redressement mis en place par le gouvernement, trois mois plus tard force est de constater que le problème perdure. Le verdict de cette promesse peut toujours changer d’ici la fin du mandat si la situation de l’accès aux soins de santé s’améliore.

« Quelque 5000 cancers n’auraient pas été diagnostiqués au Québec durant les premiers mois de la COVID-19, selon un document interne du ministère de la Santé. Bien que Québec ait depuis quelques semaines décidé de donner la priorité aux activités oncologiques, ces retards se feront sentir pour de nombreuses années, préviennent des médecins spécialistes. »

Broken
11-Sep-2020
Justification

Le gouvernement de la CAQ a mis en place des actions visant à améliorer l’attente pour des services médicaux. Toutefois, depuis le début de la pandémie de COVID-19, il y a eu une augmentation des délais et un recul de l’accès aux chirurgies et aux soins en hôpitaux, ce qui rallonge les délais d’attente. De plus, un retard a été observé dans le diagnostic et le traitement de divers cancers. La pandémie place le gouvernement devant des choix difficiles. L’allocation des ressources pour traiter les cas de COVID a des conséquences pour la capacité du système à répondre aux autres besoins dans les délais raisonnables. En regard de la situation actuelle, nous évaluons donc cette promesse comme étant rompue. Malgré le plan de redressement mis en place par le gouvernement, trois mois plus tard force est de constater que le problème perdure. Le verdict de cette promesse peut toujours changer d’ici la fin du mandat si la situation de l’accès aux soins de santé s’améliore.

« Les gens qui attendent depuis plus de 12 mois sont passés de 220 955 à 319 948 entre février 2019 et mars 2020, selon les données du ministère de la Santé, soit une hausse de 98 993 personnes. Si l’on ajoute à cette liste ceux qui attendent depuis moins longtemps, il y a au total 629 440 personnes en attente d’un médecin de famille, alors qu’il y en avait 522 603 un an plus tôt. »

In the works
27-Jun-2020

« Le temps d’attente des urgences du Québec affiche un taux « élevé » qui frôle le taux « très élevé », selon une moyenne effectuée ces dix derniers jours par le répertoire Index Santé. »

Broken
11-Jun-2020
Justification

Le gouvernement de la CAQ a mis en place des actions visant à améliorer l’attente pour des services médicaux. Toutefois, depuis le début de la pandémie de COVID-19, il y a eu une augmentation des délais et un recul de l’accès aux chirurgies et aux soins en hôpitaux, ce qui rallonge les délais d’attente. De plus, un retard a été observé dans le diagnostic et le traitement de divers cancers. La pandémie place le gouvernement devant des choix difficiles. L’allocation des ressources pour traiter les cas de COVID a des conséquences pour la capacité du système à répondre aux autres besoins dans les délais raisonnables. En regard de la situation actuelle, nous évaluons donc cette promesse comme étant rompue. Malgré le plan de redressement mis en place par le gouvernement, trois mois plus tard force est de constater que le problème perdure. Le verdict de cette promesse peut toujours changer d’ici la fin du mandat si la situation de l’accès aux soins de santé s’améliore.

In the works
17-Mar-2020
Justification

Sanction du projet de loi

« Ce projet de loi apporte des modifications visant à ajouter des activités réservées aux pharmaciens dans le cadre de l’exercice de la pharmacie. » 

In the works
10-Mar-2020

« Le personnel soignant est au cœur de l’offre de services en santé. De plus, l’accès aux soins est la base même d’un système de santé de qualité. Dans le cadre du budget 2020-2021, le gouvernement poursuit ses actions afin d’améliorer l’accès à la santé et aux services sociaux. À cet égard, des investissements additionnels de 3,1 milliards de dollars seront réalisés sur six ans pour : — améliorer les services de première ligne, notamment par l’ajout de personnel. Entre autres, l’ajout d’infirmières et d’autres professionnels ainsi que l’élargissement des actes offerts par les pharmaciens et les infirmières praticiennes spécialisées permettront de réduire le temps d’attente dans les urgences; […] — améliorer l’accès à la médecine spécialisée grâce à de nouvelles avancées médicales et technologiques, par l’ajout de lits ou de personnel. »

In the works
01-Dec-2019

« La ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, annonce que c’est demain que s’amorcera le déploiement du Programme des cliniques d’hiver pour la saison 2019-2020. Ces cliniques seront en fonction jusqu’au 31 mars 2020. De plus, une campagne de communication sera aussi lancée demain pour informer la population de la mise sur pied de ce programme. »

In the works
13-Jun-2019
Justification

Présentation du projet de loi

« Ce projet de loi apporte des modifications visant à ajouter des activités réservées aux pharmaciens dans le cadre de l’exercice de la pharmacie. » 

In the works
13-Jun-2019

« Le projet de loi prévoit que les pharmaciens pourront « évaluer la condition physique et mentale d’une personne dans le but d’assurer l’usage approprié des médicaments ». »

In the works
21-Mar-2019

« Les cliniques d’hiver permettent aux usagers aux prises avec un problème de santé mineur, tel que la grippe, la gastro-entérite ou d’autres infections hivernales, et qui n’ont pas accès à un médecin de famille d’obtenir une consultation médicale rapidement. La mise en place de cliniques d’hiver constitue un moyen efficace de répondre aux besoins de la population lors des pics épidémiologiques de la période hivernale. Le budget 2019-2020 prévoit une somme de 3 millions de dollars par année à compter de 2019-2020 pour mettre sur pied des cliniques d’hiver. »

In the works
23-Feb-2019

« Les membres du Conseil d’administration du Collège des médecins du Québec ont adopté hier une résolution qui aura pour effet d’améliorer l’accès aux soins en modifiant sa position à l’égard du diagnostic. En effet, les infirmières praticiennes spécialisées (IPS) seront autorisées à diagnostiquer les problèmes de santé courants1 et les six maladies chroniques suivantes : le diabète, l’hypertension, l’hypercholestérolémie, l’asthme, la maladie pulmonaire obstructive chronique et l’hypothyroïdie. Un projet de règlement sera déposé prochainement au Conseil d’administration du Collège afin que cette orientation puisse entrer en vigueur. »

In the works
15-Jan-2019

« Les premières cliniques dʼhiver, annoncées en décembre par la ministre de la Santé, Danielle McCann, se sont mises en branle lundi dans la grande région de Montréal. Si la mesure permettra de désengorger les salles dʼattente des urgences, elle ne diminuera pas le taux dʼoccupation des civières, estiment toutefois des professionnels de la santé consultés par Le Devoir. » 

Not yet rated
Started tracking on: 03-Dec-2018

Plateforme colligée

Published: Dec 2018

Reference Documents

Developed in partnership with